• Accueil
  • les lignes continuent par bouger au META

les lignes continuent par bouger au META

les lignes continuent par bouger au META

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn
[wp_applaud]

Encore des décisions prises pour non seulement hisser l’artisanat au sommet et faire de la formation professionnelle un moyen sûr pour offrir des métiers à la jeunesse togolaise. A cet  effet trois comités pour l’organisation de trois évènements majeurs du sous secteur de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) et du secteur de l’artisanat sont créés. Il s’agit du comité d’organisation :

  •  des journées de l’artisanat,
  •  de la semaine de l’ETFP,
  • du Marché International de l’Artisanat du Togo (MIATO).

Parlant de l’artisanat c’est un secteur qui joue un rôle important dans le développement de l’économie nationale. Il contribue quoi qu’on dise à plus de 18% au PIB. C’est pourquoi le gouvernement ne lésine pas sur les moyens quand il s’agit d’encourager la production massive et de la qualité des produits artisanaux. Plusieurs actions sont donc entreprises en direction du développement de ce secteur. Entre autres actions l’on peut relever des formations à l’endroit de près de 2000 artisans par an, l’organisation des foires et expositions, la mise en place des mécanismes de facilitation de l’accès des jeunes aux crédits tels que : FAEJ, PRADEB, ANPGF, FNFI …

Le sous secteur de l’ETFP quant à lui permet aux formés d’être compétitif sur le marché de l’emploi. C’est pourquoi des programmes de formation sont en révision afin de les adapter au besoin de ce marché. Il n’est pas à perdre également de vue des activités déjà menées dans le domaine pour atteindre les objectifs à lui assignés par la feuille de route gouvernementale 2020 – 2025 qui  est arrimée au Plan National de Développement. Parmi elles l’on peut aisément relever l’élaboration d’un document de priorisation des actions, la tournée de prise de contact du Ministre  afin de faire l’ état des lieux et d’innombrables rencontres de recadrage avec les directeurs centraux et même le personnel du cabinet par ce dernier. A cela s’ajoute les ateliers d’élaboration des normes minimales pour le métier d’éleveur de volaille et de formation des chefs d’atelier.

Les choses vont donc si vite que les acteurs du META ont des raisons d’avoir une lueur d’espoir.  

                                                                                                                                   BAKALI Maglibè H.