Aller au contenu principal

La fête du 1er mai 2019 au LETP Adidogomé

Publié le : 03 mai 2019
La fête du 1er mai 2019 au LETP Adidogomé

La fête du 1er mai 2019 a été célébrée dans une ambiance de convivialité en présence du ministre et de tous les directeurs et chefs services centraux dans les locaux du LETP Adidogomé.

La fête du 1er mai 2019 a été célébrée dans une ambiance de convivialité en présence du ministre et de tous les directeurs et chefs services centraux dans les locaux du LETP Adidogomé.

 

Cette  fête a commencé autour de 14 heures par le mot de bienvenue de M. AFANDOE Ayawo  (Proviseur du LETP Adidogomé) et de l’intervention du responsable syndical M.Atchou Atcha pour présenter les doléances et préoccupations du personnel du ministère.

 

CAHIER DE DOLEANCES A L’OCCASION DE LA FETE DU 1er MAI 2019

Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles,

Monsieur le Directeur de Cabinet du Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles,

 Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles,

 Mesdames et Messieurs les Directeurs centraux des différents services de l’Enseignement Technique,

Messieurs les Chefs d’Inspection et Inspecteurs,

Messieurs les Proviseurs et Directeurs des lycées et centres de Formation,

Distingués collègues enseignants, surveillants et membres de l’administration,

Camarades salut !

1er mai 1886 – 1er mai 2019 : il y a 133 ans aujourd’hui, que 200.000 employés américains se sont regroupés dans la ville de Chicago pour se battre par le moyen de la grève afin d’amener la journée de travail quotidien à 8 heures. Suite à cette grève, les syndicalistes dirigeants ont été condamnés à mort et exécutés par pendaison.

Cette répression néanmoins fera prendre conscience au monde politique de la gravité du problème social. Cette prise de conscience aura pour conséquences les décisions en faveur des travailleurs parmi lesquelles nous pouvons citer :

  • Interdiction du travail des enfants (18 ans)
  • Interdiction du travail souterrain pour les femmes
  • Repos d’accouchement (4 semaines)
  • Repos du dimanche
  • Obligation de payer les salaires à date fixe et en monnaie
  • Création d’une inspection sociale
  • Une semaine de congés payés
  • Pacte social, base de la sécurité et de la concertation sociales
  • Introduction du système de sécurité sociale
  • Signature d’un accord sur la semaine de 5 jours

En souvenir de cette victoire amère, quelques années plus tard, une «journée internationale des travailleurs» ou «Fête des travailleurs» est instituée. Voici la petite histoire de la journée qui nous rassemble ici aujourd’hui.  Le 1er Mai, aujourd’hui est d’une part l’occasion pour nous de témoigner notre solidarité et union, et d’autres part d’adresser à l’endroit des autorités les doléances liées à nos conditions de vie et de travail.

Avant toute chose, qu’il nous soit permis d’adresser nos félicitations à Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles pour sa nomination à la tête de ce Ministère. Nous avons l’assurance d’un homme rompu à la tâche. En témoigne déjà sa tournée dès sa nomination, dans les différents établissements et départements de l’enseignement technique afin d’être plus proche du personnel et de palper leur réalité quotidienne au travail. Au cours de cette tournée, nous pouvons nous rendre compte de votre vision et programme d’actions dont nous saluons sa quintessence et vous encourageons pour sa réalisation.

Le regroupement de tout le personnel relevant de l’enseignement technique autour d’un mets en ce jour du 1er mai est un évènement sans précédent dans notre Ministère. Tous ensemble, nous exprimons nos sincères remerciements à Son Excellence Monsieur le Ministre et ses collaborateurs immédiats pour ce geste louable dont nous souhaitons sa pérennisation. (Sourire).

En ce jour du 1 er Mai, nous voudrions rappeler les acquis qui sont les résultats issus de longues discussions et de concertations entre le gouvernement, les partenaires sociaux et les syndicats au cours de ces deux dernières années.

  • Le protocole d’accord signé le 19 avril 2018 avec son cortège de points mis en exécution notamment le concours de recrutement de nouveaux enseignants, l’amélioration de la prime d’incitation à la fonction enseignante, le reversement du trop-perçu des prélèvements effectués à la CNSS à une partie des ayant-droits.
  • Le décret N°2018/130/PR portant adoption du Statut Particulier des fonctionnaires de l’enseignement du Togo, document qui permet la professionnalisation de notre métier.

Nous saisissons encore cette opportunité pour renouveler notre gratitude au gouvernement pour son effort pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants.

Excellence Monsieur le Ministre,

Lentement et surement, le monde éducatif fait du chemin ; et c’est ensemble dans une harmonie et un dialogue permanent que nous pouvons faire face au défi qui nous interpelle à rendre plus professionnel notre système éducatif. À cet effet, nous voudrions poser quelques doléances dont la satisfaction constituerait un pas de plus, un pas de géant dans la quête de la bonne qualité de notre système.

  • Nos inspecteurs auront la tâche plus professionnelle lorsqu’ils travaillent dans des bureaux modernisés et équipés ; des matériels roulants leur permettront d’être plus proches des enseignants en vue de l’amélioration de la qualité d’enseignement. Aussi faut-il remarquer leur nombre très insuffisant afin d’organiser un concours pour en recruter de nouveaux permettant d’assurer la relève.
  • L’enseignement technique étant une chaine, le personnel d’appui recruté pour notre ministère est d’une utilité importante. Cependant, il est à remarquer que ce dernier est souvent oublié lors des formations, des recyclages et dans le processus d’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.
  • Certains ateliers au niveau des industriels dans les lycées et centres de formation manquent d’équipements modernes de travail et d’autres ne sont carrément pas équipés ; alors pour une formation adéquate, ces ateliers doivent être améliorés et équipés pour plus d’efficacité.
  • Le Statut Particulier dispose de la création des écoles de formation pour le métier d’enseignement. Nous profitons de cette occasion pour rappeler que cette disposition, quand elle sera effective, contribuera à la qualité de l’enseignement de notre pays. Ainsi nous souhaitons sa réalisation et la formation des formateurs dans ces écoles.
  • A cette ère de la mondialisation, les enseignants, par le truchement des formations et recyclages tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de notre pays, pourront être capables d’améliorer la qualité de leur prestation.
  • Nous vous prions aussi de peser de votre poids pour que les points du protocole d’accord non encore réalisés puissent l’être pour maintenir ce climat de confiance entre les partenaires sociaux et le gouvernement conséquence d’une quiétude dans le système.

Camarades salut !

La fête des travailleurs, donc ce travail qui fait notre fierté. Ce travail qui est comme la colonne vertébrale de notre vie sociale, ce travail qui, quand il est décent, permet à chacun de construire sa vie, de s’émanciper, de se réaliser. Ce travail qui manque tant à ceux qui n’en ont pas, protégeons-le en le faisant bien.

Vive la solidarité internationale des travailleurs !

Vives les travailleurs du Togo !

Vive le corps des vaillants agents de notre ministère !

Vive le 1er Mai !

Bonne fête à toutes et à tous !

Camarades salut !

 

Ce fut alors l’intervention du Ministre qui a exhorté le personnel de son département pour le travail bien fait.

 

 

MOT DU MINISTRE AUX TRAVAILLEURS DU METFIP-1ER MAI 2019

CAMARADES SALUT !, CAMARADES SALUT !, CAMARADES SALUT !

 

Monsieur le Directeur de cabinet,

Monsieur le Secrétaire Général,

Monsieur le Secrétaire Permanent du Conseil Supérieur de l’Enseignement Technique,

Messieurs les Directeurs de l’INFPP, du FNAFPP et du CFMI

Mesdames et messieurs les directeurs départementaux,

Mesdames et messieurs les inspecteurs,

Messieurs les dirigeants des Centres et lycées de formations professionnelles,

Braves enseignants et surveillants des établissements,

Chers personnels administratifs et de sécurité,

Mesdames et messieurs,

Je voudrais avant tout rendre grâce à Dieu pour nous avoir donné l’occasion de nous retrouver en pleine forme ce matin afin de commémorer la fête du travail, dont notre représentation syndicale vient de nous en faire l’historique.

Je tiens par ailleurs à remercier tout le personnel du METFIP pour la parfaite intégration dont je bénéficie en son sein depuis ma prise de fonction.

Chers camarades, j’ai suivi avec intérêt le contenu du cahier de doléances que vous venez de présenter.

Mais avant tout, je voudrais, en votre nom à tous, témoigner toute ma gratitude au Président de la République qui, lors de la présentation de la situation de l’Etat devant l’Assemblée nationale, a annoncé la revalorisation de la valeur indiciaire à hauteur de 5% dès janvier 2020.

C’est à mon sens, le meilleur acquis des efforts du gouvernement en vue de l’amélioration des conditions de vie de tous les fonctionnaires en poste aujourd’hui et à leur retraite demain.

Chers camarades, comme vous l’aviez souligné, le protocole d’accord signé le 19 avril 2018 connait plusieurs points de réalisation et nous nous en félicitons.

Abordant les problèmes de notre département ministériel, celui de l’enseignement technique, la formation et l’insertion professionnelle, vous en avez énuméré ceux relevant de la responsabilité de l’Etat :

  • Les ressources humaines et logistiques de qualités,
  • La rénovation du matériel et des équipements de formation,
  • La formation continue et le recyclage des enseignants,
  • Etc…

Ma tournée dans les principaux centres de formation sur le territoire national m’a énormément édifiée et les problèmes que j’ai relevés sont au-delà de ce que vous avez énuméré. Mais, il faut aussi le reconnaitre, certains dépendent de notre propre organisation.

C’est pourquoi, je nous invite de prime abord à nous approprier de ces problèmes afin d’identifier et apporter des solutions à ceux qui sont de notre ressort.

A cet effet, chers collaborateurs, permettez à mon tour de vous présenter les doléances du gouvernement, relevées depuis seulement trois mois que nous travaillons ensemble :

  • Chacun à son poste de travail doit contribuer à l’instauration d’une gestion participative des activités nos centres de formation
  • Les ressources issues des prestations de service occasionnelles réalisées dans nos ateliers doivent servir à la maintenance des installations ou à l’acquisition des outillages.
  • A cette heure du numérique, chaque enseignant doit s’imposer la maitrise de l’outil informatique (voir cyber) afin d’être en phase avec les apprenants,
  • Exploiter les installations de l’Environnement Numérique de Travail disponibles dans les centres
  •  Pour les enseignants des séries tertiaires, il n’est pas admissible que certains parmi eux ne sachent pas utiliser l’ordinateur. Quel résultat peut-on attendre de vos apprenants sur le terrain ?

La preuve c’est qu’après la formation des enseignants sur le système de comptabilité OHADA, l’on me demande une formation sur l’utilisation de l’ordinateur à leur endroit !!!

Chers camarades, jadis délégué, aujourd’hui autonome notre département nous appelle à plus de disponibilité, d’implication, d’innovation et de bonne gouvernance dans la gestion de nos centres de formation qui sont en réalité des PME/PMI.

Une gestion orientée résultats de l’exploitation de nos centres de formation permettra à l’Etat de s’occuper pleinement du volet investissement dans nos infrastructures.

Pour finir, je voudrais nous inviter à jouer pleinement notre rôle dans l’atteinte des objectifs du Plan National de Développement(PND) pour lequel notre mission est de pourvoir au marché de l’emploi une main d’œuvre qualifiée, un travail décent et une inclusion sociale équitable.

CAMARADES SALUT ! BONNE FETE A TOUS .JE VOUS REMERCIE

.

 

Top